Sélectionner une page

Synopsis

Suite au décès de sa tante, Pauline et ses deux filles héritent d’une maison. Mais dès la première nuit, des meurtriers pénètrent dans la demeure et Pauline doit se battre pour sauver ses filles. Un drame qui va traumatiser toute la famille mais surtout affecter différemment chacune des jeunes filles dont les personnalités vont diverger davantage à la suite de cette nuit cauchemardesque. Tandis que Beth devient une autrice renommée spécialisée dans la littérature horrifique, Vera s’enlise dans une paranoïa destructrice. Seize ans plus tard, la famille est à nouveau réunie dans la maison que Vera et Pauline n’ont jamais quittée. Des événements étranges vont alors commencer à se produire…

Ghostland (Franco-canadien, 1h31)

Avec Mylène Farmer, Emilia Jones, Taylor Hickson, Anastasia Phillips, Crystal Reed.

Sorti le 14 mars en France, les plus chanceux ont pu le voir avant au festival du film à Gérardmer. Est-ce que j’avais hâte ? Pas vraiment, pas plus qu’un autre film et pourtant, c’est l’un des meilleures film que j’ai vu ses derniers temps. Interdit au moins de 16 ans en salles, c’est pour dire ! D’ailleurs pour la petite anecdote, j’ai 24 ans et au moment de prendre mes places on me demande ma carte d’identité, bon au bout de 5 ans, j’ai l’habitude.
Le papa de Martyrs et également de The secret (Pascal LaugierNdrl) nous livre ici un film bien angoissant et oppressant, et pour cause on ressort de la salle vidé et épuisé après avoir eu une frousse d’enfer pour les deux jeunes filles et après avoir versé quelques larmes. Mais laisser moi vous raconter l’histoire.

Nous voici avec Pauline et ses deux filles Véra et Beth. Pauline, suite au décès de sa tante, hérite de sa maison bien évidemment une maison bien isolée. Mais dés la première nuit, c’est le cauchemar, elle se retrouve face à deux tueurs. Pauline réussit à en venir à bout. Seize ans plus tard Beth devenue auteure de roman d’horreur à succès (elle racontera même son histoire) et également fan de H.P. Lovecraft. Un soir Beth reçoit un coup de fil de sa sœur qui l’appelle à l’aide, Beth se rend immédiatement dans l’ancienne maison ou sa sœur et sa mère vivent encore. Elle retrouve une sœur complètement torturé physiquement et psychologiquement et une mère étonnamment calme. Beth va vite se rendre compte que quelque chose ne vas pas et des événements étranges vont alors commencer à se produire…

On remarque dans ce film que l’imagination est une grande échappatoire, mais malheureusement la réalité nous rattrape très vite et le twist final est excellent ! Les tueurs présentés dans ce film son tout simplement flippant, l’un est un travesti, un peu barge (même beaucoup), l’autre est, je dirais un enfant de 6 ans dans le corps d’une armoire à glace hyper balèze, on pourrait penser d’ailleurs qu’il aurait subi un traumatisme étant petit, comme des insultes ou des violences, les poupées lui parlent et l’insulte même de « Gros tas ». Avec une performance convaincante, les personnages de ce film nous transportent dans cet enfer ou nous spectateurs somme impuissant face à ce déferlement de violences, on les regarde en train de se faire torturer dans savoir quoi faire, sans pouvoir les aider et je pense que ressentir ça pour un film, c’est du génie. 

 

Ghostland (2018)
  • Ma note
5

Conclusion

Ghostland est l’un des meilleurs films de ses derniers temps, avec des actrices convaincantes qui nous emportent dans leur enfer et des bourreaux bien flippant. Ghostland à toutes les cartes en main pour nous faire passer un bon moment de terreur, d’angoisse et d’oppression. Ne ratez pas ce film qui pourrait devenir un chef d’œuvre avec une fin des plus inattendue !